•  

     

     

     

     

    Il était une fois...

     

     

     

     

    Capture2-copie-1.PNG

     

     

     

     

    Cela pourrait faire songer aux premiers mots d'une fable de Jean de La Fontaine

     

    D'autant qu'il y a le méchant, un très gros méchant

    les bons, des très bons et très gentils ;

    même, en poussant un petit peu la métaphore,

    un renard dans un poulailler


    A la différence que l'animal tue pour manger


    Quant à trouver une morale à cette tragédie...


     

    Nous, nous n'avons plus que nos yeux pour pleurer

     

    Alors la moralité...



     

     

    Les actes de cruauté gratuite -ou non- envers les animaux ne sont pas évalués à leur juste mesure ; ils sont si nombreux...

    Il y a, notamment, ceux qui ne sont pas portés à notre connaissance,

    ceux dont on ne peut pas ou ne veut pas parler,

    pour protéger ceux que l'on aime,

    pour se protéger,

    pour protéger les autres animaux


    L'exemple qui va suivre est une fois de plus l'illustration

    de la haine,

    de la veulerie

    et de l'ignorance

    qui peuvent animer la race humaine


    Et cette fois se sont Les Chats du Maquis qui sont meurtris


    Des Chats du Maquis ont été empoisonnés


    Intentionnellement


    Un poison qui fait souffrir


    Atrocement


    Certains petits félins sont venus mourir dans leur maison ;

    la maison où ils étaient aimés plus que tout au monde


    D'autres sont allés agoniser ailleurs


    L'homme a puisé dans sa pire bassesse pour tuer des animaux sans défense ;

    sans même en parler avec ses protecteurs


    L'homme est père et peut-être grand-père

    Un bel exemple à transmettre à sa descendance...
    Félicitations !



    Ce personnage qui avait d'ores et déjà dû déménager pour cause de nuisances

    doit-on l'empoisonner parce qu'il a lui-même empoisonné l'existence de son voisinage ?


    La liberté ne se conquiert jamais au détriment de celle des autres.

    C'est Proust qui l'écrit

    Mais forcément Proust n'est pas lu par les cacochymes psychopathes



    D'autant que Les Chats Libres bénéficient d'un statut de sauvegarde (Loi du 6 janvier 1999)

    puisqu'ils sont au sein d'une association 1901,

    qui plus est reconnue d'utilité publique...

    Ils sont tatoués et stérilisés

    Ils ne sont pas errants !

     

    Ils sont -censés être- protégés par la Loi

     

     

     

     

    Les marraines dont le filleul est parti au Paradis des Chats ont été individuellement informées




    Si le monstre qui a commis cette ignominie connaît et lit ce blog...

    nous lui souhaitons d'attraper la peste pour payer les crimes qu'il a commis

    sans aucune arrière pensée

    pour Joëlle & Christian et ce qu'ils peuvent ressentir ;

    pour ce que nous pouvons tous ressentir

     

     

    Le seul point commun entre de La Fontaine et le-gros-méchant-dans-la-réalité

    est qu'ils détestent les chats


    Il y a quand même une petite lueur d'espoir que le crime soit châtié

    (ça pourrait ressembler à une tite morale de l'histoire finalement) :

     

    Certains historiens affirment que le poète fabuliste serait mort de la peste...

    Rappelons que cette maladie infectieuse, qui répand la terreur comme le disait lui-même de La Fontaine dans sa fable "les animaux malades de la peste", est due au bacille de Yersin, bactérie transmise par... les rats !

     

    Les félidés ne seraient-il pas, de tous temps,

    les premiers croqueurs de rongeurs...


     

     

     

    Notre peine et notre colère sont infinies

    et la plaie est difficile à cicatriser.

      


     

     

    Rose


     

     

    Partager via Gmail Pin It

    50 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires